25/04/2018

Villeneuve sur Lot

La Randocroc47 de samedi dernier (21 avril) a eu lieu au nord du département, dans une ville que j'avais traversée sans lui trouver aucun intérêt. Il faut croire que je n'avais pas traversé les bons endroits!
En fait, c'est une ville pleine de charme, qui doit beaucoup à la présence du Lot, mais aussi au mélange des architectures.
Comme toute bastide, elle possède sa place carrée bordée d'arcades. Mais contrairement à beaucoup -qui en ont gardé leur côté médiéval quasi intact, elle propose autour de sa place un résumé des siècles qu'elle a traversés: maisons médiévales à pan de bois, folie du 17° un chouilla baroque, classicisme du 18°, 19° bizarre et triomphant (Eglise Ste Catherine), modernisme gris du 20°.
Bref, un assemblage de bric et de broc qui déroutera peut-être les amateurs de pittoresque, mais qui lui donne un charme fou.
C'est ce mélange que j'ai essayé de montrer le matin, bien à l'ombre sous les arcades, en oubliant volontairement le marché qui se déroulait sur la place.
Je n'ai pas encore mis de couleurs; je ne sais d'ailleurs pas si le le ferai...


L'après-midi s'est déroulé au bord du Lot, devant ce qui est sans doute la plus belle vue de Villeneuve. Nous nous sommes répartis en bas (sur le chemin qui borde la rivière) ou en haut (sur la petite terrasse de l'adorable salon de thé "La Parenthèse", surplombant le chemin).

Dessiner sur ce balcon a été un enchantement! 

Et voilà ce que ça a donné, façon panoramique:

Je vous mets aussi chaque page, individuellement, pour voir de plus près.



Je m'aperçois que la tour de Sainte Catherine est de travers (ah ah ah, Pise sur Lot!), et que la halle à droite manque singulièrement de couleur (elle devrait avoir la couleur de la tour et ressortir davantage). 

Mais bon, dans l'ensemble - et si on fait abstraction du fait que j'ai quelquefois trahi l'intégrité des bâtiments (étages ou fenêtres supprimés, proportions pas respectées...)- ça n'est pas si mal....

Et pour finir, un article sympa paru dans la presse locale le lendemain:



A la prochaine!


07/04/2018

Marmande en couleurs

Après moult hésitations, j'ai fini par mettre mes croquis en couleur -enfin, ceux du matin seulement.

1°) L'église y a gagné en lisibilité:



2°) Pour le cloître, quitte à modifier les choses, j'ai décidé de prendre des risques (selon le vieil adage "il faut sortir de sa zone de confort") :
Phase 1 : coloriage partiel aux Tombow (feutres aquarellables)
Phase 2: un petit coup de "pshitt" d'eau, ce qui a eu pour effet de diffuser la couleur dans des directions pas forcément prévues, voire des mélanges osés.
Phase 3: apporter du volume avec un stylo noir, ce qui rééquilibre aussi les zones trop violemment colorées.

Le résultat, pour surprenant qu'il soit, ne me déplait pas.



01/04/2018

Randocroc47 le 24 mars à Marmande

La réunion mensuelle du Groupe de Croqueurs auquel j'appartiens a eu lieu lieu à Marmande le samedi 24 mars, il y a pile une semaine.

Malgré mes craintes nous n'avons eu que peu de pluie... mais qu'est-ce qu'il faisait froid! un froid insidieux porté par le vent, qu'on ne ressentait pas forcément tout de suite mais qui a laissé des traces, en tout cas chez moi, puisque j'en ai rapporté une bronchite compliquée et fiévreuse, dont je ne suis pas encore vraiment sortie.

LE MATIN: Notre Dame de Marmande et son cloître (qui, pour tout dire, ne possède plus qu'un côté), dans lequel se trouve une "Jardin Remarquable" de topiaires. Quel plaisir, l'odeur des buis!!!


 Il fallait faire des choix, j'avais donc décidé de dessiner la partie haute de l'Eglise, pour me coltiner les éléments architecturaux les plus difficiles. On verrait plus tard pour le cloître...

Ce qui a donné ceci:

Je vous le détaille en deux morceaux ci-dessous, pour mieux profiter des détails:




J'ai ensuite fait un petit truc rapide avec le cloître et les topiaires (je n'aurais pas pu les oublier, j'aime trop ça!):

Vous allez me dire que tout cela manque singulièrement de couleur. Je suis d'accord. Mais j'ai préféré concentrer tout mon temps sur le dessin. Il sera toujours temps d'ajouter un peu de couleur par la suite (ou pas... j'hésite encore...)

L'APRES MIDI.  Après une pause dans une une crêperie sympa, nous avons dû composer avec la pluie, qui nous a obligés à changer un peu notre circuit et à nous abriter sous les arcades de la place du Marché.

J'ai décidé de choisir une autre vue de la même église, lovée cette fois-ci derrière les maisons de la place.



....tandis que j'étais accessoirement croquée par Jon, un ami anglais, qui, lui, dessinait les arcades où j'avais justement trouvé refuge (c'est moi, là, sous l'arcade centrale!):


(Il ne me reste plus qu'à progresser pour un jour espérer dessiner aussi bien que lui!!!)

Exercice. "What Is Drowned May Never Drown"

Un tout petit article avec pas mal de retard à l'allumage, puisque cette aquarelle a été commise il y a déjà longtemps (enfin,  le 21 mars pour être précise), lors d'un Atelier à Balma.

Il s'agissait d'un "pas à pas" pour reproduire au plus juste un paysage de coucher de soleil sur la mer, avec deux amoureux en balade. Pas du tout mon trip, donc (ce qui explique la goutte de Greyjoy dans mon article, pour contrebalancer), mais ma motivation n'était pas les "chabadabada" du résultat, mais l'exercice constatant à rendre à la fois les vagues de la mer et surtout l'effet miroir de la fine pellicule d'eau encore présente sur le sable mouillé.

Bref: apprendre à exprimer l'EAU, dans certains de ses états (ce travail est en fait celui de toute une vie, donc restons modestes!)

Voilà mes notes:


Et voilà le résultat quelques heures plus tard:


J'aime bien l'effet miroir de la plage, j'aime moins les deux andouilles. L'effet de réflexion à droite n'est pas du tout réaliste (les rochers deviennent sapins dans leur reflet) mais je m'en fiche un peu.

Ce qui est bluffant dans cet exercice, c'est que tant qu'on a "le nez dans le guidon" on ne se rend absolument compte de rien, on pense même qu'on est en train de tout foirer. Et puis il suffit d'un regard extérieur, ou de l'oublier un moment loin de soi, pour le redécouvrir avec des yeux nouveaux... et moins sévères.

Même si, évidemment, il reste du taf!!!
Et même si, évidemment, vous ne verrez pas ça sur mon mur!


09/03/2018

100 personnes en 1 semaine. Jour 4

Quelques changements encore en ce jour 4:

1. N'ayant rien dessiné jeudi, le jour 4 se retrouve être aujourd'hui (soit vendredi)
2. Avec un métro de retard, j'ai voulu faire une journée spéciale '"Journée des droits de la femme".
3. Comme je suis une indécrottable historico-curieuse, j'ai choisi deux images emblématiques et anciennes... et j'ai LARGEMENT bavardé à leur sujet.
4. Et enfin, comme tricher ne me fait pas peur, j'ai placé 30 personnages (vous pouvez compter les têtes, ils y sont 👅) dans le deuxième dessin!

DESSIN N°1


Une fois n'est pas coutume,  sur cette page j'ai copié un dessin, parce que je trouvais l'affiche intéressante.
Elle date de 1925 et symbolise la fraternité des femmes qui gravissent une pente difficile en se tenant la main pour arriver au sommet (et au soleil qui se lève). Tout un symbole!
On voit des femmes de toutes conditions sociales: la n° 49 est une bourgeoise en manteau à col de fourrures mais elle porte la cocarde des suffragettes, celle qui la précède et la tire vers l'avant a les cheveux libres d'une femme du peuple et le visage émacié de quelqu'un qui ne mange pas tous les jours.
J'ai quelques doutes sur le n°46; j'ai d'abord pensé à une juge, mais en 1925, ça me paraît étonnant. Si vous avez des infos à ce sujet...
La présence de la fillette (n°47) n'est pas anodine. Dans les célèbres dessins pyramidaux sur "Les âges de la vie" (voir ci-dessous) la femme était (presque) toujours représentée accompagnée (du père, du mari, des enfants), comme si elle n'existait pas en tant qu'individu.



Or ici, l'enfant est présente, mais elle ne tient pas sa mère par la main: sa mère est donc représentée en tant que femme et pas en tant que mère seulement. Et la fillette a déjà elle-même une autonomie.

DESSIN N°2


Vous aurez reconnu une photo qui a fleuri hier 8 mars dans tous les media à l'occasion de la journée internationale des droits de la femme- même si ce défilé n'est pas une marche pour les droits des femmes mais une marche des femmes pour la paix. Nuance.
Elle a été organisée en mars 1948 à l'instigation de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté. Le texte sous-titre, que je n'ai pas mis sur la banderole faute de place, est: "La paix ne s'attend pas, elle se gagne". Belle leçon d'action, non?
Les femmes ont défilé de la République à la statue de Jeanne d'Arc (clamant, des décennies plus tôt,  qu'elle n'a rien à voir avec les nauséabondes idées qui veulent la récupérer).

D'après les photos (et mon dessin qui s'en inspire), elles sont passées par la Rue de Rivoli en tournant le dos à la Bastille, dont on voit la colonne  (intéressant symbole phallique) en arrière-plan.
 Comment ça, esprit mal tourné? 😮😶😁



Me voilà donc arrivée au terme de la 4° journée à 81 personnages... 
un peu aidée par la foule du dernier dessin 😇 ...
La suite demain.... OU PAS!





100 personnes en 1 semaine. Jour 3


Changement de mode pour ce 3° jour. Je prends le RER et le métro, direction Gare Montparnasse. Et, miracle, je retrouve un Micron au fond de mon sac 👍 : fini le crayon repassé plus tard, ça sera Micron direct, comme à mon habitude.
Tous ces personnages sont évidemment croqués dans des situations réelles -mais comme ils sont plutôt statiques, ça n'est pas trop difficile!
Dans le RER, j'ai focalisé sur les smartphones. J'étais la seule à ne pas avoir le nez dessus (bizarre, cette sensation de se mouvoir au milieu d'une armée de marionnettes....)





Le n°44 n'est pas très compréhensible sur mon dessin. C'était une dame engoncée dans un monstrueux manteau de fourrures (on voyait toutes les queues de animaux, c'était 😱) avec un renard mort autour du cou (re-😱) et une toque d'autres animaux qui lui cachait presque complètement la tête. Elle était vraiment intéressante à dessiner mais avait le défaut de marcher TRES TRES vite malgré ses 100 kilos de fourrures. J'ai dû faire ça en 30 secondes, le temps qu'elle se perde dans la foule...

100 personnes en 1 semaine. Jour 2

Le mardi, j'ai continué ma série, de la même façon que la veille, et uniquement à partir de photos du net.
Voilà ce que ça a donné:




08/03/2018

100 personnes en une semaine. Jour 1 .


Bon, même si nous sommes déjà jeudi, je ne poste aujourd'hui que le jour n°1 (lundi dernier).

Ce qui n'était pas prévu c'est que je ne serais pas chez moi pour le début de cette semaine, donc je me suis retrouvée avec zéro matériel.
J'ai donc acheté en hâte un tout petit carnet Rhodia (le stylo montre l'échelle) et un malheureux crayon (à ce sujet, regardez la carte tout en bas de l'article... intéressante... même si le "crayon noir" de mon enfance n'y figure pas).

Comme j'étais chez ma maman et que je regarde la télévision avec elle, cela a été ma première source de personnages (en mouvement, donc) complétée par quelques photos trouvées sur internet.

Dessin au crayon noir (😄)  , 1 à 3 minute chacun. Reprise super rapide au Tombow hier pour donner une peu de relief.
On remarquera que je suis TRES mal à l'aise avec les visages (qui feront l'objet d'autres essais... beaucoup plus tard!) et que là je me suis concentrée sur les attitudes. Comme d'habitude avec moi, y'a des réussites ... et y'a des ratages!





Petit cadeau bonus (tiré de l'Atlas du français de nos régions -  Editions Armand Colin):





Les croqueurs de Nérac sur la Dépêche

Mon groupe de Croqueurs a eu un joli article sur La Dépêche, suite à la Randocroc de Nérac
Voici la page:

Et l'article en plus grand, pour pouvoir le lire:


26/02/2018

Des croqueurs à Nérac

Continuant dans mes dessins de personnages, au lieu de reprendre des photos d'inconnus, j'ai cette fois "croqué des croqueurs".. c'est à dire mes compagnons de la Randocroc de Nérac.

D'abord, faire de petites esquisses rapides (j'utilise les petits papiers carrés d'un bloc-cube) pour saisir les attitudes.
Puis poser les petits papiers sur le carnet pour réfléchir (pas longtemps!!) à la mise en page.
J'ai gardé cette mise en page-là , en supprimant toutefois un des dessins de la  page de droite, pour la laisser respirer:




Ce qui donne:


Les deux pages de plus près:




J'ai l'impression de progresser...

... mais qu'en diront les principaux intéressés quand ils (ne) se reconnaitront (pas) ?




24/02/2018

Randocroc47 à Nérac

J'ai passé une belle après-midi avec les Croqueurs du Lot et Garonne. Nous étions 10 qui venions de tout le département ou du Gers, certains déjà membres du groupe, d'autres nouveaux venus,  ou même simplement de passage dans la région.

Le froid était intense (enfin, il paraît... cela ne m'a pas vraiment frappée... mais quand on vient du Morvan !!....) et nous avons donc écourté l'après-midi à 16h30 pour aller nous réchauffer à la Taverne d'Henry, à deux pas du Château.

Je n'ai fait qu'un dessin dans cette première partie d'après-midi. Le voilà:


Bon, il y a un vrai problème de proportions (hauteur pas assez importante de l'étage avec les colonnes). Du coup, le château semble tout raplapla, effet encore accentué par le fait que j'étais assise très bas, et que donc je ne voyais qu'une toute partie du toit (ce qui par contre est dessiné correctement).


Echanges, photos, discussions diverses... A 17h30 nous nous séparions en nous promettant de remettre ça un mois plus tard, à Marmande cette fois.  

Voilà une partie de nos productions:


Après le départ de mes co-croqueurs, comme je n'en avais pas encore assez, je suis descendue le long de la Baïse et, bien au chaud dans la voiture, ai croqué la rive d'en face, à moitié cachée par des entrelacs des branches des arbres à côté desquels je stationnais.


NB: les collages avaient été faits le matin en vue de la Randocroc, j'ai fait la mise en couleur de retour à la maison.

Partie de droite vue de plus près:

Pour finir, je suis repassée par le Château, mais côté Baïse cette fois, en contrebas des escaliers, et ai pris quelques notes très rapides au crayon pour finir à la maison.

Les notes (le plan de ville sur lequel j'ai dessiné avait été fait le matin):


Le dessin fini à droite. 


Ce qui est fou, c'est que j'ai mis infiniment moins de temps sur celui là.. et il me semble meilleur que celui de gauche (enfin bon, sauf que maintenant, je m'aperçois que le bas du toit penche dangereusement à droite...). Mais j'aime beaucoup les escaliers, pourtant croqués à-la-va-vite. J'ai aussi simplifié un certain nombre de choses (entre autres supprimé des cheminées et un kiosque dérangeant sur l'esplanade).

A la prochaine! 


EnregistrerEnregistrer